AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 Poulets (elevage, transport, abattage)

Aller en bas 
AuteurMessage
Wolf-alone
Staff
Staff
avatar

Nombre de messages : 1125
Age : 32
Localisation : France
Date d'inscription : 25/02/2007

MessageSujet: Poulets (elevage, transport, abattage)   Mer 2 Avr - 19:49

Sélectionnés génétiquement pour grossir vite, les poulets de chair sont abattus à l'âge de 6 ou 7 semaines. La longevité d'un poulet en bonne santé pourrait être 6 ou 7 ans.

"Une industrie cruelle"

- C'est ainsi que le Professeur John Webster de l'Université de Bristol a décrit l'industrie du poulet de chair.

Une Vie Courte et Brutale

Les poulets de chair "industriels" (environ 90% du marché) passent leur courte vie dans d'énormes hangars sans fenêtres. Sans présence maternelle pour les guider, ils doivent se débrouiller par eux-mêmes dès le premier jour.
Certains n'arrivent pas à trouver le chemin de la mangeoire ou de l'abreuvoir.



Vers la fin de la période d'élevage, certains poulets sont tellement infirmes qu'ils ne peuvent plus marcher; ces poulets meurent donc de faim ou de déshydratation.



Des bébés géants

Une sélection des reproducteurs visant à produire des oiseaux «voraces» et l'addition de substances activant la croissance a l'alimentation des poulets donnent un «produit fini», qui est un poulet deux fois plus gros qu'il ne devrait l'être à 'âge de sept semaines et deux fois plus gros qu'ils l'étaient avant l'apparition de l'aviculture industrielle et l'entrée de l'industrie chimique ou pharmaceutique dans ce secteur.



Le résultat ?
Des profits pour les dirigeants et des souffrance en plus pour ces oiseaux malades et déformés. (Lincolnshire Free Press, 5-10-87) Poulets de chair âgés de 6 semaines.

Des Conditions Sordides

Le ramassage des poulets morts en cours d'élevage est normalement une tâche quotidienne.
Voici comment un employé d'un élevage de volailles l'a décrite:
«Cela doit être fait tous les jours à cause de la chaleur et à cause de l'entassement des poulets.
Quand vous ramassez un poulet mort, il est courant qu'il soit déjà décomposé au point de n'être qu'un amas d'os et de matières liquéfiées.»



Quand des oiseaux sont mis ensemble en si grands nombres (plusieurs milliers ou dizaines de milliers dans un même hangar), il est impossible d'inspecter efficacement leur état de santé. De nombreux oiseaux morts ou moribonds ne sont pas remarqués; les cadavres se décomposent sur le sol. Les coups de chaleur causent de nombreuses morts.

Les Maladies - Anciennes ou Nouvelles

De nombreux oiseaux sont tués très jeunes par des maladies, dont les crises cardiaques ou les syndromes de foie graisseux ou de reins graisseux. Maintenant, des maladies virales comme la maladie de Gumboro (qui détruit le système immunitaire et a été surnommée le "SIDA des poulets") et l'Agent Anémique du Poulet font des victimes, portant souvent le taux de mortalité bien au delà de 10%.
L'Ascitis est une autre conséquence de la producttion de poulets ayant beaucoup de chair mais des organes qui ne sont pas assez développés pour fonctionner correctement. Cette maladie, qui se traduit par une accumulation d'un fluide jaune ou taché de sang est une maladie associée à:
«un besoin très important d'oxygène dû à la croissance rapide des poulets modernes, combiné avec un manque d'espace pour la circulation du sang dans les capillaires des poumons.»

(Poultry Diseases, Ed.
F.T.W. Jordan, Baillere
Tindall, 1990)

Des poulets vivants picorant le cadavre des poulets morts en cours d'élevage.

Affections Douloureuses

Des millions de poulets sont atteints de douloureuses brûlures aux jarrets et de douloureux ulcères aux pattes (analogue aux escarres des humains). Un fort taux d'ammoniac dans l'air peut causer des cécités.
Tout cela alors que ces poulets sont en fait des «bébés oiseaux.»

Une Fin Cruelle

Le ramassage, le transport, et l'abattage causent des souffrances aux poulets.
Lors du ramassage, les os (encore jeunes donc peu solides) se fracturent, et les articulations (déjà sujettes à des déformations douloureuses) se disloquent.
Les poulets, attrapés puis portés à plusieurs dans chaque main par des ramasseurs qu'on fait travailler à toute vitesse sont jetés ou entassés dans des caisses ou des "modules" sortes de containers à tiroirs) avant d'être chargés sur des carnions.
Souvent des pattes ou des ailes sont coincées dès le début du trajet vers l'abattoir.
Les "morceaux" ou "portions" de poulets proviennent de poulets blessés ou malades, au terme d'une existence faite d'un accumulation de souffrances dans un hangar sordide.



Comme dans le cas des poules de reforme, un abattage "humanisé" n'est pas garanti à coup sûr, et il a été rapporter par des chercheurs avicoles que de nombreux poulets ne sont pas étourdis efficacement et sont conscients au moment de leur l'égorgement.
Là aussi, certains entrent dans le bac d'échaudage encore vivants, et même encore conscients.

Bain électrique


Vidéo :

http://fr.youtube.com/watch?v=0hGzt2-MLb4

Sur cette vidéo vous voyez bien le temps passé entre le bain électrique et le coup de lame, les animaux se reveillent et évitent la lame.
Ils agonisent et finiront donc ebouillanté vivant.

https://www.dailymotion.com/stopgavage/video/x4inx8_abattoiralsace_animals




D'autres futures privations

De nouvelles inventions destinées à «combler les fissures» de cette désas- treuse aviculture industrielle ouvrent une perspective inquiétante.
On recommande de restreindre l'alimen-tation des tout jeunes poulets pour minimiser les maladies dûes à la rapidité de croissance ou à la mauvaise qualité de l'environnement des poulets:

«Comme l'alimentation contrôlée des poulets est une technique qui tend à se développer, il est important de la présenter au public comme une pratique ménageant le bien-être des poulets.
Pour ccla, il faut parler de «contrôle de la croissance» et non de «restriction de la nourriture»...
Il y a une possibilité évidente dans le contrôle de la croissancc des poulets, mais il faut utiliser la terminologie appropriée.»

(John Farrant, Editeur, Poultry World, Novembre 1994)


Dans le langage ordinaire, les poulets affamés passent leur temps à fouiller une litière souillée de déjections en quête d'une nourriture qui n'existe pas.

Un expert avicole a suggéré d'élever les poulets de chair dans des cages (ce qui se fait déjà dans certaines parties du monde), comme une "solution" à certains problèmes.

Le poulet "moderne" est un monstre génétique, condamné à toute une série de maux physiques et mentaux, qui sont les résultats:

d'une sélection impitoyable en vue d'obtenir des oiseaux lourds
d'une alimentation et de drogues destinées à accélérer la prise de poids
de l'environnement des poulets (mauvaise ventilation, obscurité, saleté de la litiére, environnement dénué d'intérêt et ne favorisant pas les mouvements et l'exercice).
Le mauvais état de santé du poulet de chair moderne «créé par l'homme» est donc une cruauté infligée sciemment au nom du profit et de l'Economie.

Les Reproducteurs

Souvent oubliés, il y a des millions de reproducteurs (coqs et poules) fournissant semence et oeufs à l'élevage des poulets de chair.
Gardés par centaines ou par milliers dans des hangars, leur existence est stressante, surtout pour les poules, dont le plumage est usé par les accouplements fréquents.
La présence d'ammoniac dans l'air (dans les hangars) peut être élevée, causant des cas de cécité.
De nombreux oiseaux sont débecqués, afin de réduire les dégâts dûsà l'agressivité; cela peut causer des douleurs permanentes.


Restriction de Nourriture

Les reproducteurs sont soumis à une sévère restriction de nourriture.
Les poulets de chair sont sélectionnés afin d'être «voraces» car cela est intéressant pour la rentabilité des poulets abattus à l'âge de 6 ou 7 semaines.
Mais si les reproducteurs étaient autorisés à manger autant qu' ils veulent, leur fertilité serait très basse et il y aurait une forte mortalité à partir d'un certain âge.
Afin de «résoudre» ce probléme, on leur donne une ration alirnentaire minimale, qui les laisse tellement affamés gu'ils picorent les mangeoires même quand elles sont vides ou les parois de leur enclos, mangent la litière et des déjections et boivent de grandes quantités d'eau, pour tenter - en vain - d'apaiser leur appétit.
Comme cette consommation excessive d'eau entraîne que les oiseaux produisent des déjections liquides - ce qui rend la litière très humide - on peut également restreindre la consommation d'eau.
Ce régime est imposé pendant les premiers mois d'existence.
Selon tout jugement normal, un tel traitement est cruel et devrait être interdit.
Même quand la restriction est moins forte (après l'âge de 20 semaines), les reproducteurs sont toujours gardés affamés, afin d'obtenir une fertilité optimale.
Les poules reproductrices secouent souvent la tête de façon prononcée: cela est probablement dû au stress causé par cette faim permanente et par des accouplements anormalement fréquents.

Les reproducteurs épuises finissent en potages

Lorsque leur période de productin maximale de semence ou d'oeufs est passée, les reproducteurs sont abattus et transformés en potages ou en plats cuisinés.
Beaucoup sont tués pendant la période de reproduction, car on ne garde que les oiseaux les plus productifs.



Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=3daAvv7Zc4E&eurl=http://www.ecolodujour.com/categorie-10323580.html





.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://martyreanimal.easyforumpro.com/
 
Poulets (elevage, transport, abattage)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» devenir éleveur poules pondeuses
» Poulet de grain besoin de conseil
» Abattage volaille...
» cohabitation poulets et poules?
» Création d'une ferme de Poulets pour débutants

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: L'envers du décors :: Industrie agroalimentaire :: Viande-
Sauter vers: